La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Ongles Incarnés

 

Résultat d’un conflit entre l'ongle et les sillons péri unguéaux: le bord latéral de l’ongle va pénétrer dans les bourrelets créant une douleur et une réaction inflammatoire au niveau du sillon périphérique sans guérison spontanée. Il est favorisé par plusieurs facteurs:

  •  Hypercourbures de l'ongle, responsables de la pénétration de l'ongle dans les bourrelets: l'ongle pénètre loin dans les sillons provoquant une réaction de la peau qui va avoir tendance à s'épaissir (hyperkératose) voire parfois créer des cors, et à devenir très douloureuse. Ces déformations sont aussi un terrain favorable aux ongles incarnés, c'est à dire la pénétration de l'ongle dans la chair.
  • Coupe d'ongle défectueuse (trop court, trop loin, ayant laissé un harpon)
  • Hyperhydrose (transpiration excessive du pied); 
  • Chaussures trop petites, trop grandes, trop pointues …
  • Chaussettes trop serrées
  • Sport

Il se manifeste en 4 étapes :

1. Ongle incrusté: l'ongle commence à irriter la peau, une douleur apparait, sans plaie.

2. Ongle incarné: l'ongle pénètre dans le bourrelet péri-unguéal, laissant apparaitre une plaie douloureuse. 

3. Ongle incarné infecté: une boule de pus, signe d'une infection, survient au niveau de la plaie qui devient très douloureuse. Le contact du drap est même parfois insupportable.

4. Ongle incarné infecté bourgeonnant: un amas de chair appelé bourgeon charnu ou botriomycome apparait au niveau de la plaie. La douleur est intenable.

 

Traitements de l'ongle incarné

 

La prise en charge de l'ongle incarné dépend de son stade mais permet de le soigner rapidement. Plus il est soigné rapidement, plus la guérison est efficace et pérenne. Dans le cas de récidives dûes à une courbure particulière de l'ongle, des contentions appelées orthonyxies, permettent de corriger cette courbure. 

 

Orthonyxies

 

Les orthonyxies sont des prothèses appliquées sur l'ongle afin de corriger un défaut de courbure, généralement à l'origine d'un conflit entre l'ongle et la peau péri-unguéale.


Plusieurs indications pour les orthonyxies:

 

  • Rôle antalgique: l'hypercourbure de l'ongle étant responsable de la douleur, la corriger permet de limiter, voire supprimer celle-ci.
  • Anti-récidives: il est fréquent qu'un ongle incarné, même bien soigné, s'il est dû à un défaut de courbure de l'ongle, revienne quelques temps après le soin. De plus, chez certains patients (diabétiques, artéritiques...), éviter les plaies est une priorité lors de la prise en charge. 
  • Rôle esthétique: les prothèses unguéales permettent d'atténuer les troubles trophiques de l'ongle liés à leur déformation: ongle épais, strié, fendu, décollé...

 


Il existe plusieurs types d'orthonyxies:

  • Orthonyxies à fil de titane (cf. Photo) : un fil de titane adapté sur mesure, est attaché sur l'ongle grâce à une résine polymérisable. Cette technique est très efficace, permettant un soulagement rapide.
  • Les orthonyxies à crochets: un fil d'acier est courbé manuellement par le podologue, sur mesure, et glissé sur les bords latéraux de l'ongle.
  • Les lames BS: une bandelette en résine est collée directement sur l'ongle grâce à une colle cyanoacrylate. Cette technique est la plus discrète mais moins efficace que les précédentes. elle est indiquée dans des cas d'ongles fins présentant une hypercourbure modérée.

 

 

Autres traitements

 

Si après plusieurs mois de traitements la prise en charge par le pédicure podologue se révèle être un échec, plusieurs solutions sont possibles:

  •  le traitement chirurgical classique, effectué par un chirurgien orthopédiste, qui consiste en la résection de la partie incarnée de l'ongle et de la matrice sous-jacente.
  • la destruction de la matrice sous jacente au laser.
  • la phénolisation par un dermatologue: c'est une méthode simple réalisée au cabinet du médecin sous anesthésie locale, les suites de l’intervention sont peu douloureuses et présentent moins de 3% de récidives.